À propos

Pourquoi ce blog ?

Pourquoi? Où? Quand? Comment?

L’objectif premier de Voyages Végé est d’encourager les gens à réduire leur consommation de viande, tout en faisant dévouvrir de nouvelles adresses ainsi que de nouveaux plats à travers un journal de voyage.

L’approche de ce blog est culinaire, informative, touristique et positive. Cela permet de rejoindre un large public où différents types de régimes y sont représentés. Chacun y trouvera son compte. Le végétarisme et le végétalisme sont le coeur du sujet de ce site.  La cuisine végé est abordée pour son volet alimentaire. Les lieux présentés ne sont pas en fonction de l’éthique animale ou environnementale, mais plutôt pour répondre à la simple question: « Où manger végé ici et ailleurs ?».

Encore aujourd’hui, plusieurs personnes croient qu’on doit être soit carnivore ou 100% végétarien. Pourquoi ne pas être entre les deux ? Manger santé et végétarien ne signifient pas que cela soit dépourvu de saveur et de plaisir. Est-ce une forme de privation ? Je vois cela comme essayer une nouvelle recette ou une nouvelle cuisine.

Le végétarisme a évolué vers plusieurs variantes comme le « flexitarisme et le semi-végétarisme » au cours des dernières années.  Je situe mon alimentation dans la catégorie semi-végétarienne. Je peux choisir autant un sandwich au restaurant végétalien à la Panthère verte à Montréal ou plus rarement, vouloir déguster le fameux poulet Jerk en Jamaïque. Cette flexibilité s’avère pratique, surtout en voyage.

Une blogueuse voyageuse et épicurienne

Blogueuse_Voyage Vege_voyages_voyageuse_epicurienneTechnicienne en tourisme de formation, j’ai travaillé pour une compagnie aérienne pendant 10 ans, me permettant de faire de nombreux voyages en Europe et dans les destinations soleil. Un changement professionnel dans le domaine du tourisme québécois m’a fait revenir aux sources. Ainsi, je redécouvre davantage ma belle province et ses environs. Lorsqu’on l’on travaille dans cette industrie, il faut avoir une curiosité et une ouverture sur le monde.

Épicurienne dans l’âme, je me passionne entre autres pour la cuisine du monde et les épices. Tout en gardant un esprit ouvert, j’observe la culture alimentaire d’un pays sans jugement. J’aime goûter à certains plats typiques, même s’ils contiennent du gluten, des produits laitiers ou encore du poisson et de la volaille, selon mes envies du moment. À mon retour, je m’amuse à convertir sans viande, des plats traditionnels en utilisant les arômes de base et d’autres ingrédients. Trouver des recettes et des produits régionaux à la sauce végétale est particulièrement une expérience savoureuse et une fierté que je vous partage avec joie.

Flexible, et alors ?

Flexitarien_voyagePour ma part, se définir comme flexitarien doit impliquer de manger majoritairement végé pour « mériter » cette dénomination. C’est une façon de s’identifier à un groupe alimentaire « d’omnivore à temps partiel », sans se dire végétarien. On n’est pas végé ni de grand carné, mais quelque part entre les deux.  Ce mode de vie fait bonne figure dans les médias et suscite de la curiosité dans les conversations en général. D’une certaine façon, le monde se porterait beaucoup mieux si une partie de la population diminuerait grandement leur consommation de viande.

Nul ne peut changer individuellement la planète, mais chaque initiative l’améliore. Cette belle citation de Paul Coelho résume bien le tout: « C’est votre exemple qui change le monde, pas vos opinions ».

 

 

Les différents types de végétarisme

Dans le monde « végé », on retrouve plusieurs variances. Voici quelques définitions:

Végétalien : Exclus tous les produits d’origine animal (viande, poisson, fruits de mer, produits laitiers, miel, beurre et corps gras animal). Selon certains auteurs, c’est la ‘’vraie’’ définition du végétarisme en référence au terme végétal.

Végane/Vegan: Découle du végétalisme. En plus de la nourriture, on y adopte des habitudes de consommation sans produits animaliers tels que des vêtements et de produits hygiéniques. Dans la langue anglaise, le thème vegan est utilisé pour définir le végétalisme. Sur ce blog, j’utiliserai le mot vegan au niveau de l’alimentation puisque les végétaliens peuvent employer ce thème dans leur recherche. D’ailleurs, beaucoup de restaurants mentionnent sur leur menu le mot vegan pour leur clientèle anglo-saxonne.

Alimentation crue et vivante (végétalienne) : En plus d’exclure les produits d’origine animale, c’est une alimentation basée sur la consommation de fruits, légumes et noix non-cuits, sans gluten, sans farine de blé. Cela est  l’alimentation crue qui, parallèlement, a pour variance l’alimentation vivante lorsque l’on y ajoute des germinations et des produits lacto-fermentés. On utilise aussi le terme crudivorisme à ne pas confondre avec le crudivorisme animal (exemple: tartare de bœuf ou de saumon). Les termes anglais sont Raw food (cru) ou living food (vivante).

Ovo-Lacto végétarien : Exclus les viandes et les produits animaux de la mer. Inclus les œufs, les produits laitiers et les végétaux. Certains seront soit ovo ou lacto-végétarien.  

Pesco-végétarien : Inclus les poissons, les fruits de mer et les végétaux. Exclus tous les autres chairs animales.

Flexitarien : Inclus occasionnellement les produis d’origine animale. L’alimentation est essentiellement végétarienne. 

Semi-végétarien : Alimentation principalement végétarienne. Inclus les œufs, les produits laitiers et plus occassionnelement les volailles, poissons et fruits de mer. Exclus toutes les viandes rouges (bœuf, veau, porc, agneau, viandes sauvages). D’autres articles mentionnent que la volaille est également exclue dans ce mode alimentaire.

Il est fréquent que des personnes mélangent différents types de végétarisme. Plusieurs végétariens contesteront particulièrement l’utilisation des termes flexitariensemi-végétarien ou du pesco-végétarien puisque leur conviction est axée contre la cruauté envers les animaux. On peut s’intéresser au végétarisme pour une question de santé, économique ou environnementale. Sans vouloir me faire l’avocat du diable, ces personnes se qualifieront comme des « vrais végétariens » alors qu’ils sont des lacto-ovo végétariens et consomment malgré tout des protéines animales. Alors, un vrai végétarien n’est-il pas un végétalien qui mange 100% végétal ? Que de confusion et de débats au sein des végétariens…

Mon histoire vers le végétarisme

Rose des vents, auteure de Voyages VégéMon histoire avec le végétarisme a commencé au cours de l’automne 2009. J’avais consulté selon la recommandation d’une amie, la naturopathe Annie Juneau de Vitacru, au mois d’août pour des problèmes de constipations majeurs. Mais pourquoi donc étais-je dans cet état ? Elle m’a enseigné les aliments à éviter et à privilégier pour régler mon problème de santé. Elle m’avait recommandé de réduire la viande, de privilégier le poisson et d’éviter le blé ainsi que les produits laitiers. Environ un mois et demi après avoir commencé un nettoyage du système digestif, un drôle de phénomène s’est produit. Un soir, ma recette préférée de chili con carne était au menu. À la première bouchée, quelque chose me dérangeait dans le goût et la texture du plat. Mon conjoint m’assura que la viande était bonne. À la seconde bouchée, je fus incapable de l’avaler. Cela s’est reproduit avec le porc trois semaines plus tard. J’ai conclu que mon corps avait développé un dégoût pour la viande rouge du jour au lendemain. Pourtant, j’en avais mangé toute ma vie…

Cette aversion soudaine m’amena progressivement vers des recettes de poissons et végétariennes. J’ai également expérimenté plus profondément la cuisine crue et vivante pendant environ 2 ans. Aujourd’hui, mon alimentation est à environ 85-90% végétarienne dont une grande partie végétalienne.

Beaucoup de végétariens choisissent de le devenir. Pour ma part, c’est mon corps qui m’a mis sur ce chemin du végétarisme, sans aucun regret. Cela m’a permis de découvrir d’autres aliments tels les laits végétaux, le tofu, les légumineuses, le quinoa et la cuisine végétalienne en général.

Ce mode de vie est bien plus qu’une façon de manger. Cela a transformé ma façon de voir la vie autour de moi. Je me suis sentie moins stressée, plus près de la nature et avec un esprit moins centré sur moi-même.  Je suis pleinement heureuse en meilleure santé avec beaucoup plus de vitalité. Manger santé et végé est une belle aventure et ce voyage ne fait que commencer !

Patricia, Blogueuse de Voyages Végé

Vous aimez?

Vous voulez être informé lorsqu'un nouvel article est publié ?

Inscrivez-vous à l'infolettre ou à la page Facebook.

Haut de page